daniel fanzutti architecte

Collège Vallon de Toulouse - Marseille

Collège Vallon de Toulouse Marseille

COLLÈGE VALLON DE TOULOUSE

Marseille

Le nouveau Collège de Vallon de Toulouse entretient un rapport étroit avec le site où il s’installe. Ses caractéristiques sont dictées par la topographie, l’orientation, les accès, ainsi que la nouvelle ZAC qui va fortement urbaniser son environnement proche.

L’ensemble de ces contraintes vont trouver une réponse dans le projet que nous proposons, avec pour objectif premier, le confort des usagers, qu’ils soient élèves, enseignants, ou personnel de service.

Un bâtiment principal referme le terrain d’assiette sur son coté nord et libère ainsi au sud l’ensemble des espaces extérieurs qui vont bénéficier d’un ensoleillement toute la journée et seront protégés des vents dominants notamment en hiver.
Ce bâtiment épais et linéaire , orienté nord/sud, s’adapte à la pente du terrain en présentant 4 niveaux à l’Ouest et 2 niveaux à l’est. Il absorbe ainsi le dénivelé important du site et relie fonctionnellement l’accès principal des élèves en bas à l’accès de service en haut.
Il abrite la plus grande partie du programme avec en particulier l’enseignement efficacement regroupé sur deux seuls plateaux homogènes en contact direct avec l’extérieur sur le coté sud.

Perpendiculairement à cet édifice principal, 3 bâtiments mineurs et linéaires s’étagent successivement en suivant au plus près le relief pentu d’Ouest en Est. Ils contiennent d’une part l’ensemble des locaux liées à l’enseignement, et d’autre part les locaux de service nécessaires au fonctionnement de l’établissement.

Ils déterminent successivement trois grands plateaux, calés sur les 3 niveaux du bâtiment principal. Les deux premiers accueillent une cour inférieure avec l’accueil public, et une cour supérieure au niveau du CDI et de la restauration.
Le troisième plateau organise les accès, les espaces, et les stationnements de service sur la partie supérieure du terrain desservie depuis l’est. Le bâtiment restauration isole ces espaces de service, de ceux accessibles aux élèves.

L’implantation de l’ensemble des enseignements et services sur un schéma orthogonal situé au nord ouest, libère un rectangle au sud–est de la nouvelle limite du terrain d’assiette, qui présente l’altimétrie la plus haute, et sur lequel se trouve l’actuel collège voué à la démolition.
Le plateau sportif très contraignant par la surface minimale importante induite par l’anneau de course de 200Ml sur une topographie aussi accidentée ,nous à conduit à profiter de la pente importante de ce secteur pour installer le gymnase dans sa partie la plus basse vers l’ouest, afin de constituer par sa couverture horizontale, un sol artificiel complétant efficacement le manque de planéité nécessaire.

Cette disposition offre un quatrième plateau dédié uniquement aux activités sportives, dont l’accès public indépendant se fait comme celui des salles de classes par la place provençale.
Un accès de service par le haut permet d’assurer la maintenance et la sécurité de cet ensemble facilement isolable du reste du collège.
Le parti architectural souligne cette imbrication avec le terrain que propose le parti d’aménagement du site. Le bâtiment principal nord sud s’enfonce dans la pente progressivement. Il articule avec les bâtiments perpendiculaires une succession d’espaces en balcon sur le paysage et l’horizon de la ville comme décors permanent.
Ces lieux privilégiés orientés au sud et à l’ouest bénéficient de la course du soleil tout au long de la journée. La gestion simple de chaque façade permet d’en tirer le meilleur parti aussi bien en hiver par les apports solaires qu’en été par les masques végétaux ou les retraits sous casquettes ou dallages.

Le travail précis des volumes dans la pente a permis de réduire de manière significative le linéaire de façade par rapport aux volumes fermés et chauffés. Une grande partie de ces volumes est ainsi fermée par des soutènements qui apportent l’inertie du sol et un confort thermique notamment en été qui pourra être aisément complété par la technique des puits provençaux.

Ce schéma permet de traduire une architecture qui alterne parois pleines et parois transparentes, dans une écriture simple s’inspirant en partie des restanques qui structurent les paysages de Provence.
Département des Bouches du Rhône
réalisation : 2014
surface : 10000 m2
coût estimé : 15846537 €